Transcendence

"Avouez, j'ai vraiment une belle gueule comme ça, non ?"
"Avouez, j'ai vraiment une belle gueule comme ça, non ?"

Second volet de la série « Films vus au Québec ». On passe maintenant à l’infâme, l’horrible, l’insupportable film « Transcendance ».


Bon, on reste dans le thème de la science fiction. Cette fois, ce chère Johnny Depp se met en tête avec sa femme de créer le premier ordinateur conscient. Jusque là, tout va bien. Mais suite à un attentat des anti-technologie le blessant mortellement, ce chère Johnny se retrouve littéralement téléchargé dans la machine, et va commencer les délires mégalomaniaques.

Bon, on va se mettre d’accord, l’idée de base est très intéressante, et largement exploitable. On reste sur un topo relativement simple, comme dans « Her », qui aurait pu mener quelque part … Mais en fait non. On se retrouve devant un gros navet Américain. On à l’impression que le réalisateur ne sait pas où il va, en plus de tomber dans tous les travers d’un blockbuster.

On à d’un côté Johnny et sa femme qui veulent révolutionner le monde, et partent se planquer dans le désert, histoire de devenir un dieu pénard. D’un autre le gouvernement Américain et l’armée qui laisse faire « On va pas embêter la madame du fou dans la machine quand même ! ». Ha, et y a aussi des terroristes anti-technologie là, on sait pas vraiment ce qu’il veulent en fait, à part faire du mal à la madame du fou dans la machine (On est dans la philosophie du « On est pas d’accord, alors on veut tout faire sauter, même sans arguments »). Saupoudré la dessus un personnage dont on se fou complétement, qui à raté le coche avec la madame du fou dans la machine et essaye de la récupérer. Mais encore les thème de l’écologie, de l’amélioration de l’humain par la technologie, les réseaux présents partout et tout le temps, … Fin Bref, c’est le bordel.

Bon, allé, un petit dernier juste pour le plaisir : Ça va être la fin du monde si on laisse faire (enfin, ça fait déjà plusieurs années que le gouvernement ne fait rien). Et quand il commence à être trop tard, on décide d’envoyer 3 jeeps et 15 bonhommes … Voilà, ça c’est l’armée Américaine dans toute sa splendeurs !

Ça brasse tellement, et sans la moindre crédibilité que ça en devient navrant. Sans parler de la précision scientifique, complétement à côté de la plaque. 113 minutes perdu dans ma vie grâce à ce film. Je n’ai pus en retirer que l’article que vous venez de lire. Alors s’il vous plaît, débrouillez vous pour regarder autre chose.

You may also like...