Her

Moustache ! Moustache ! Moustache !
Moustache ! Moustache ! Moustache !

Pour bien commencer cette série de critiques, il va falloir que je vous raconte un peu ma vie.

Donc comme à peux près tout le monde le sait (enfin sauf les nouveaux), je suis parti au Québec pour mon S4. C’est donc de là bas que j’ai pu suivre les sorties cinéma en avance (décalage  de sortie oblige), en VO, VOSTFR et parfois même en VFQ. On commence donc la série de l’été avec « Her », réalisé par Spike Jonze.


En 2025, Théodore (Joaquim Phoenix) est un garçon solitaire et dépressif chronique depuis sa séparation d’avec se femme. Pourtant, à la sortie d’un nouveau système d’exploitation, qui n’est rien d’autre qu’une intelligence artificielle, il ne peux résister et l’instal. S’en suis alors une amitié naissante qui finira en histoire d’amour entre lui et la machine.

Bon, on ne va pas y aller par quatre chemins, ce film est clairement inclassable. Selon Wikipédia, on est face à une « comédie dramatique de science fiction ». Je pense que ce n’est pas rendre justice au film, vu que le seul côté de vraiment SF est la présence d’une intelligence artificielle « pensante », et qu’il brasse bien plus de sujet que ne pourrait jamais en parcourir une comédie. Amour, peur de l’autre, société individualiste, … On en ressors des question plein la tête, et ça fait plaisir de ne pas regarder un film qui nous prend pour des abrutis.

On se retrouve plongé dans un Los Angeles du futur, avec une esthétique tellement particulière qu’on est incapable de situer clairement l’espace-temps du film (le futur de notre monde ou celui d’une autre réalité ?). Certains moments sont clairement contemplatifs, un peu comme dans « drive », mais passe beaucoup mieux à mon sens, malgré quelques longueurs.

On retrouve tout les questionnements qui entourent l’IA, traités sans à priori ni folie, doublé d’un personnage principal travaillé comme il se doit. Et c’est ça qui donne son grain de magie au film, malgré une fin bancale.

Chaudement recommandé par votre serviteur. Et petit conseil, regardé le en VO(STFR), la voix de l’IA est doublé par Scarlett Johansson, ça rend beaucoup mieux (Oui, je l’ai vu en VFQ, mais c’était « pas si pire »).

You may also like...