E3 2014

Regarde moi toutes ces lumières
Regarde moi toutes ces lumières

Ces deux derniers mois ont été riches pour la presse vidéo ludique. Le traditionnel E3 a fait couler de l’encre ! Alors que les réactions à chaud, à froid, les listes de nouveautés et les trailers se succèdent, essayons de faire le bilan.

La presse est globalement unanime, l’E3 était décevant. L’événement ressemblait davantage à une farce excessivement coûteuse et sur-médiatisée qu’au salon fantasmé par les amateurs de jeux vidéo.

Rien de bien nouveau n’a été proposé par les grandes licences. Alors que Nintendo boude la conférence live, la plupart des éditeurs matraquent les journalistes et les badauds de trailers édulcorés, transformant les conférences en festival du court métrage.

Pour beaucoup d’éditeurs, l’E3 se résume maintenant à un exercice de communication difficile. En effet, pour se faire remarquer il faut crier de toute ses forces, assommer les visiteurs à grands coups de décibels et de lumens. Les stands sont hors de prix, sans parler des frais supplémentaires sur place. Hors conférence, les éditeurs sont relégués à des totems de salon, récitant à qui veut bien l’entendre le discours publicitaire permettant de crédibiliser leurs produits, si bien qu’eux même finissent par ne plus y croire.

Le salon qui s’adressait aux professionnels lors de sa première édition a été pris d’assaut par les joueurs. Il n’est plus qu’une représentation médiatique des entreprises visant à rassurer les investisseurs. « L’E3 coûte au bas mot une licorne et trois poneys. Mais nous y sommes. La boîte va bien ! Faisons affaire ! »Les conséquences sont lourdes pour les amateurs de gameplay et de sensations. La plupart des jeux sont à peine aperçus, voire annoncés. Les éditeurs préfèrent teaser plutôt que de mettre leurs produits dans les mains des visiteurs. Ils limitent ainsi les risques : plus de gameplay décevant ou de graphisme éloigné des promesses de conférences.

Les jeux AAA — comprendre les jeux à gros budget des monstres vidéo-ludiques — n’ont surpris personne. Entre suite prévisible et remake HD, l’E3 a esquivé les révolutions, comme si les éditeurs étaient à bout de souffle et d’inspiration. On ne citera pas à titre d’exemple pas le flop de la Kinect, tellement révolutionnaire que Microsoft la range discrètement au placard, ou du scepticisme ambiant pour la Wii U.

J'ai l'air bête !

L’E3 de cette année n’était pas si dénué d’intérêt, il y a eu, sans surprise, un grand engouement pour l’Oculus Rift. Les éditeurs et les joueurs étant très enthousiastes à propos de cette nouvelle plate-forme. Son concurrent direct : Morphéus (SONY, destiné à la PS4) n’a pas réussi à rassembler autant de monde. La faute à un nombre réduit de prototypes de test ?

L’événement de l’E3 était cette année, et paradoxalement, en dehors du parc événementiel, au milieu des caravanes et des barbecues. Vous l’aurez compris, ce sont les éditeurs indépendants qui nous ont servi le meilleur vin cette année. Certains gros éditeurs avaient réservé sur leurs stands de la place pour le jeu indépendant. Certes, les files étaient moins longues, mais les jeux étaient au rendez-vous. Le marché du jeu indépendant subit moins de contraintes financières, et le résultat est sans appel. Les éditeurs sont plus audacieux. Ils offrent un éventail de jeux originaux et rafraîchissants. Assis à côté des plus grands, bon nombre d’entre eux étaient très satisfaits d’avoir une place à part entière au salon. L’enthousiasme était palpable sur les stands indépendants à l’intérieur et à l’extérieur du salon !

L’E3 comme nous le connaissions semble sur le déclin, certains éditeurs le boudent au profit de salon exclusif, certes plus cher, mais lorsque Blizzard organise son salon il est seul sous les feux des projecteurs. On attend avec impatience un E3 qui saura réunir les journalistes et les joueurs harmonieusement. En attendant, on regarde avec envie les autres salons du jeu vidéo. Et on trépigne d’impatience pour l’E3 2015. Parce que quand même, notre loisir préféré mérite bien un salon immense dans lequel les éditeurs font trembler le sol à grand coup de décibels et de teasers HD.

You may also like...